La "petite histoire" veut que ce soit Monsieur Labidalle, instituteur au village de Retjons, qui, en 1962, étant venu s'abriter dans le chœur de la chapelle, aurait aperçu sous le plâtre, des traces de peintures anciennes.

 

Il semblerait, en réalité, que cette découverte ait été faite antérieurement par un ingénieur des chemins de fer, en tournée d'inspection de la voie ferrée, et qu'il en aurait informé la Société de Borda.

 

Quoi qu'il en soit, merci à Monsieur Labidalle, merci à Monsieur l'abbé Bats et merci à Monsieur le Maire Eugène Capes dont l'action a permis la résurrection de Lugaut.

 

Au delà de la volonté de décorer la chapelle, les fresques avaient un autre but : celui d'instruire par l'image. Cette "BD" de l'époque offrait aux paroissiens illettrés, une leçon d'histoire religieuse et de morale, avec, nous le verrons dans la scène de la Nativité entre autres, une part de manipulation par l'image.